top of page

L'agonie
Le Seigneur rassure nos cœurs. Psaume 9,17

Après son dernier repas avec ses disciples, Jésus rejoint le Jardin de Gethsémani (Lieu du Pressoir). Il ressent solitude et angoisse. Sa sueur devient « comme des gouttes de sang ».

Doit-il « boire jusqu’à la lie le calice du vertige » ?

 

Mais dans la ténèbre de la nuit, le Seigneur rassure son cœur. La fête de la Pâque n’est-elle pas le mémorial de sa Présence agissante en faveur de son peuple lors du Passage de la Mer rouge ? Ne les a-t-Il pas délivrés de l’esclavage ?

Dans l’espérance en la réalisation du psaume 15 : « Tu ne peux m'abandonner à la mort, ni laisser ton ami voir la corruption », Jésus s’en remet avec confiance au Père : « Non pas ma volonté, mais la tienne ».

AGO.jpg

Père, éloigne de moi cette coupe. Luc 22

bottom of page