La Désolation

Méditation

Du Bellay écrit Les Regrets après son séjour de trois ans à Rome. En bon humaniste, il a rêvé de découvrir cette ville pleine des trésors de l’antiquité. Mais il est cruellement déçu.

 

Je me ferai savant en la philosophie,
En la mathématique, et médecine aussi :
Je me ferai légiste, et d’un plus haut souci
Apprendrai les secrets de la théologie :


Du luth et du pinceau j’en ébatterai ma vie,
De l’escrime et du bal : je discourais ainsi,
Et me vantais en moi d’apprendre tout ceci,
Quand je changeai la France au séjour d’Italie.

Ô beaux discours humains ! je suis venu si loin,
Pour m’enrichir d’ennui, de vieillesse, et de soin,
Et perdre en voyageant le meilleur de mon âge.

Ainsi le marinier souvent pour tout trésor
Rapporte des harengs en lieu de lingots d’or,
Ayant fait, comme moi, un malheureux voyage.

Du Bellay, Les Regrets, 1558

 __________________________

 

Dans ce poème tiré des Fleurs du Mal, Baudelaire évoque sa vie en la comparant à un jardin, dévasté par les malheurs. Dans ce jardin pourtant des « fleurs nouvelles » sont appelées à germer.

 

 L'ennemi

 

Ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage,
Traversé çà et là par de brillants soleils ;
Le tonnerre et la pluie ont fait un tel ravage,
Qu'il reste en mon jardin bien peu de fruits vermeils.

Voilà que j'ai touché l'automne des idées,
Et qu'il faut employer la pelle et les râteaux
Pour rassembler à neuf les terres inondées,
Où l'eau creuse des trous grands comme des tombeaux.

Et qui sait si les fleurs nouvelles que je rêve
Trouveront dans ce sol lavé comme une grève
Le mystique aliment qui ferait leur vigueur ?

- Ô douleur ! ô douleur ! Le Temps mange la vie,
Et l'obscur Ennemi qui nous ronge le cœur
Du sang que nous perdons croît et se fortifie !

Charles Baudelaire, Les Fleurs du Mal, 1857

__________________________________

Hans Jonas, Le Concept de Dieu après Auschwitz

 

Après Auschwitz, nous pouvons affirmer, plus résolument que jamais auparavant, qu’une divinité toute-puissante ou bien ne serait pas toute-bonne, ou bien resterait entièrement incompréhensible (dans son gouvernement du monde, qui seul nous permet de la saisir).

Mais si Dieu, d’une certaine manière et à un certain degré, doit être intelligible (et nous sommes obligés de nous y tenir), alors il faut que sa bonté soit compatible avec l’existence du mal, et il ne va pas de la sorte que s’il n’est pas tout-puissant. C’est alors seulement que nous pouvons maintenir qu’il est compréhensible et bon, malgré le mal qu’il y a dans le monde. Et comme de toute façon nous trouvions douteux en soi le concept de toute-puissance, c’est bien cet attribut-là qui doit céder la place…

 

Seule la création à partir du néant nous donne l’unité du principe divin en même temps que son autolimitation, laquelle ouvre l’espace pour l’existence et l’autonomie d’un monde. La création était l’acte de la souveraineté absolue, par lequel celle-ci consentait, pour la finitude autodéterminée de l’existence, à ne pas demeurer plus longtemps absolue – donc un acte d’autodépouillement divin.