Anne

Méditation

Dans ce long poème, intitulé « Napoléon II », Hugo évoque le fils de Napoléon Ier, promis à un destin fabuleux et qui ne règnera que quelques jours en 1815 (pendant les cent jours). Nul ne maîtrise l’avenir ni ne peut être sûr de son pouvoir. Seul Dieu en dispose.

 

Non, l’avenir n’est à personne !

Sire, l’avenir est à Dieu !

A chaque fois que l’heure sonne,

Tout ici-bas nous dit adieu.

L’avenir ! l’avenir ! mystère !

Toutes les choses de la terre,

Gloire, fortune militaire,

Couronne éclatante des rois,

Victoire aux ailes embrasées,

Ambitions réalisées,

Ne sont jamais sur nous posées

Que comme l’oiseau sur nos toits !

Non, si puissant qu’on soit, non, qu’on rie ou qu’on pleure,

Nul ne te fait parler, nul ne peut avant l’heure

Ouvrir ta froide main,

Ô fantôme muet, ô notre ombre, ô notre hôte,

Spectre toujours masqué qui nous suit côte à côte,

Et qu’on nomme demain !

Oh ! demain, c’est la grande chose !

De quoi demain sera-t-il fait ?

L’homme aujourd’hui sème la cause,

Demain Dieu fait mûrir l’effet.

 

Victor Hugo, Les Châtiments, 1856

__________________

 

 

Dans ce poème, Mallarmé évoque sa hantise de la page blanche : une stérilité poétique représentée par un cygne (un signe) pris dans la glace alors qu’il était sur le point de s’envoler.

 

Le vierge, le vivace et le bel aujourd’hui
Va-t-il nous déchirer avec un coup d’aile ivre
Ce lac dur oublié que hante sous le givre
Le transparent glacier des vols qui n’ont pas fui!

Un cygne d’autrefois se souvient que c’est lui
Magnifique mais qui sans espoir se délivre
Pour n’avoir pas chanté la région où vivre
Quand du stérile hiver a resplendi l’ennui.

Tout son col secouera cette blanche agonie
Par l’espace infligée à l’oiseau qui le nie,
Mais non l’horreur du sol où le plumage est pris.

Fantôme qu’à ce lieu son pur éclat assigne,
Il s’immobilise au songe froid de mépris
Que vêt parmi l’exil inutile le Cygne.

Mallarmé, Poésies, 1887